Centre hospitalier universitaire de Québec Accueil| Liens| Actualités| Carrières| Nous joindre

Pour trouver
 

Accueil > Les soins > Néphrologie > Dialyse

Dialyse

Lorsqu’ils ne fonctionnent pas correctement, les reins sont incapables de soustraire complètement le sang de ses impuretés, affectant ainsi plusieurs fonctions vitales du corps. La dialyse, un procédé de filtration extrarénal, aide à purifier le sang des patients atteints d’insuffisance rénale.

Le principe de base de la dialyse consiste à faire passer les déchets du sang à travers une membrane semi-perméable, vers un liquide appelé le dialysat. Le traitement peut être temporaire ou permanent. Par exemple, lorsque que les reins cessent de fonctionner complètement, la dialyse doit être administrée régulièrement.

Il existe deux types de dialyse, qui se distinguent par la membrane utilisée pour le traitement :

  • l’hémodialyse (membrane artificielle);
  • la dialyse péritonéale (membrane naturelle).

Ces deux traitements sont offerts aux patients du CHUQ. Le choix de la méthode dépend de la situation médicale et des besoins personnels de la personne en dialyse.

L’hémodialyse

L’hémodialyse est la méthode d’épuration du sang la plus répandue. Elle est très efficace pour améliorer la qualité de vie des gens dont les reins sont gravement malades.

Lors du traitement, le sang circule à travers un appareil qui comprend un dialyseur, ou rein artificiel. Le dialyseur possède deux compartiments séparés par une mince membrane. Le sang passe d'un côté de la membrane alors que le liquide purifiant, le dialysat, passe de l'autre. Les déchets et le surplus d'eau passent à travers la membrane, du sang au dialysat. Le liquide est jeté et le sang épuré est réintroduit dans l’organisme. Les patients reçoivent leurs traitements d’hémodialyse à raison de trois séances par semaine. Chaque séance dure de trois à cinq heures.

Depuis l’avènement des soins ambulatoires, le patient est appelé à jouer un rôle important dans les soins qu’il reçoit. C’est le cas pour la dialyse semi-autonome. Le patient apprend comment analyser son état de santé et utiliser une machine à dialyse. Sous supervision médicale, il fait lui-même sa dialyse, ce qui demande moins d’attention médicale que la dialyse conventionnelle.

Après avoir passé une période d’apprentissage des équipements, certains patients du CHUQ peuvent profiter des services de dialyse à domicile. Ces soins sont évidemment supervisés par un néphrologue qui rencontre régulièrement le patient pour assurer un suivi adéquat du traitement.

Dialyse péritonéale

La dialyse péritonéale a recours à un processus de filtration similaire à l’hémodialyse, à la différence que le sang est purifié à l'intérieur du corps plutôt que dans un appareil.

L’abdomen humain est constitué d'une cavité tapissée d'une fine membrane appelée le péritoine. Cette membrane recouvre aussi les intestins et d'autres organes internes. En dialyse péritonéale, on fait pénétrer un dialysat dans la cavité abdominale par un cathéter implanté en permanence. On introduit environ deux litres du liquide filtrant pour que celui-ci se mélange au sang.

L'excès d'eau et les déchets passent alors du sang dans le dialysat à travers le péritoine. Le dialysat est ensuite drainé hors de l'organisme pour être jeté. Dans la plupart des cas, ce traitement peut être effectué sans l'aide d'une autre personne, à la maison ou au travail.

À L’Hôtel-Dieu de Québec, la dialyse péritonéale est pratiquée de deux façons :

  1. La dialyse péritonéale continue ambulatoire
    Le patient conserve en permanence environ deux litres de dialysat dans sa cavité abdominale. Le liquide doit être changé quatre à cinq fois par jour. La solution contenant les déchets est drainée par le cathéter et remplacée par une nouvelle.
  2. La dialyse péritonéale continue cyclique
    Cette méthode implique l’utilisation d’un appareil, le cycleur, qui fait automatiquement l’échange de liquide par le cathéter du patient. Lorsque le patient se couche le soir, il se branche sur le cycleur pour une période de 10 à 12 heures. Au matin, l’appareil est débranché et il reste dans la cavité abdominale une bonne quantité de dialysat pour la journée.

Pour en savoir plus :
Fondation canadienne du rein

© 2016 CHUQ Tous droits réservés.
Ce site est sous la responsabilité de la Direction des communications
Commentaires ou suggestions : edimestre@chuq.qc.ca
Politique d'utilisation et de confidentialité  |  Grâce à l'infolettre, restez informé des nouvelles du CHU de Québec